Strict Standards: Declaration of JRouterJoomsef::parse() should be compatible with JRouter::parse(&$uri) in /home/mkgyet/www/vitasante/components/com_sef/sef.router.php on line 73

Strict Standards: Declaration of JRouterJoomsef::build() should be compatible with JRouter::build($url) in /home/mkgyet/www/vitasante/components/com_sef/sef.router.php on line 73

Strict Standards: Non-static method SEFConfig::getConfig() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/mkgyet/www/vitasante/plugins/system/joomsef/joomsef.php on line 40
"Nous travaillons sur une forme orale d'insuline et de GLP1"
dernière mise à jour : 20 04 2017 11:35


Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/mkgyet/www/vitasante/components/com_news/views/detailnews2/tmpl/default.php on line 11



Novo Nordisk Tunisie

Le Directeur général de Novo Nordisk Tunisie-Libye :

"Nous travaillons sur une forme orale d'insuline et de GLP1"

vitasante - Actualité
M. Jean François Courtet, Directeur Général de Novo Nordisk Tunisie-Libye


M. Jean François Courtet, Directeur général de Novo Nordisk Tunisie et Libye. Le laboratoire dont il dirige la filiale ici est spécialisé dans la fabrication de l’insuline. « Nous sommes le numéro un mondial », soutient-il. C’est à ce titre que la société  Novo Nordisk a été présente dans la « Journée Portes ouvertes ‘’alimentation saine’’ pour patients diabétiques de type 1 et 2 », organisée le mardi 10 novembre à la Soukra par l’Amicale des diabétologues de Tunisie, l’Institut de nutrition, l’Hôpital des enfants et l’Hôpital Charles Nicolle. A cette occasion, M. Courtet nous accordé l’entretien suivant.

 

Par quoi s’explique la présence de Novo Nordisk aujourd’hui dans cette manifestation ?

 

L’une des spécificités de Novo Nordisk est d’être centrée sur le diabète.  90% de ce que l’on fait tourne autour du diabète avec une entreprise qui a aujourd’hui plus de 90 ans. Elle a été créée de manière un peu originale par un couple de médecins danois. La dame était diabétique, et dans les années 1920, au détour d’un colloque, le couple s’était trouvé au Canada où l’insuline venait d’être inventée. Le couple réussit à avoir l’autorisation de ramener l’insuline au Danemark et d’entreprendre sa fabrication. Voici comment le laboratoire Novo Nordisk est né.

Au début, l’insuline était d’origine animale, mais petit à petit, Novo Nordisk, leader mondial, a réussi à fabriquer des molécules à partir de bactéries.

 

Qu’y a-t-il aujourd’hui dans le pipeline de Novo Nordisk ?

 

On essaye aujourd’hui de lancer de nouvelles molécules d’insuline et de GLP1 (Glucagon-like peptide-1). Mais laissez-moi vous expliquer d’abord que l’insuline sert à faire diminuer le taux de sucre dans le sang, à le stocker dans différents endroits. Il faut savoir que trop de sucre peut être mortel. Le diabète est responsable d’amputations, de cécité, de maladies rénales et cardiovasculaires.

Un diabétique ne va pas mourir de son diabète, mais de ses complications puisque le sucre est extrêmement toxique. Il est à la fois indispensable et néfaste.

Ensuite il faut faire attention, car si on facilite la pénétration du sucre dans les cellules, il va être source d’obésité. Toute la subtilité de la découverte aujourd’hui, c’est comment fabriquer de nouvelles insulines avec le moins d’effets secondaires possible. Comment fabriquer des insulines qui n’engendrent pas de prise de poids, un problème pour le diabétique de type 2. Comment fabriquer des insulines qui donnent moins d’hypoglycémie, le premier effet secondaire d’une insuline. Or, trop d’hypoglycémie risque de faire rentrer le patient dans un cercle vicieux où il va avoir peur de monter ses doses, et s’il a peur de monter ses doses, il y aura inéluctablement moins d’efficacité.

Alors pour revenir à votre question, oui, on a fait des molécules conformément à  notre responsabilité au niveau de la recherche développement. Dans le pipe line, on a un certain nombre de molécules qui arriveront bientôt. Nous travaillons notamment sur une forme orale d’insuline et de GLP1. C’est, on s’en doute est très compliqué à faire. On travaille aussi sur la thérapie cellulaire. Mais là, la recherche prendra de nombreuses années.

 

A part la recherche et la fabrication de médicaments, que fait Novo Nordisk pour venir en aide aux diabétiques ?

 

Au-delà des recherches sur les médicaments, on pense qu’il est de notre responsabilité d’avoir des manifestations comme celle qu’on organise aujourd’hui, c'est-à-dire de l’éducation thérapeutique. Quand on donne une insuline à un patient, il faut aussi le faire bénéficier d’un accompagnement. On est sur les injectables, et il faut savoir les manier. Depuis quelques années, on a commencé à avoir une équipe d’éducatrices qui sont là pour accompagner le patient, en plus bien sûr de ce que peut faire le médecin. Cela nécessite beaucoup d’investissement.

De leur côté, les pharmaciens doivent à un moment donné être plus visibles. Ils sont les premiers au comptoir à pouvoir donner des conseils de manipulation de stylos.

On organise aussi des journées de dépistage. En Tunisie, on estime qu’un patient sur deux n’est pas diagnostiqué. C’est d’ailleurs une moyenne mondiale. Cela veut dire que la maladie va s’installer et qu’en général, on va la découvrir très tardivement. Donc il y a beaucoup à faire, et le médicament à lui seul est insuffisant.

 

Le laboratoire Novo Nordisk est-il engagé dans la télémédecine ?

 

Nous ne sommes pas très engagés dans le domaine de la télémédecine, même si l’on a été approché par différentes sociétés. Aujourd’hui, nous nous concentrons sur ce que l’on peut faire, c'est-à-dire trouver des molécules, mettre sur le marché des molécules innovantes plus efficaces et avec moins d’effets secondaires. Pour la télémédecine, d’autres sociétés sont spécialisées dans ce domaine et investissent beaucoup pour son développement, comme Google par exemple.

Développer les applications est quelque chose que l’on sait faire, et on le fera peut-être un jour. Mais pour le moment, on ne peut pas être à la fois un fabricant de médicaments et un acteur de télémédecine.

 

Quelle est la politique des prix de Novo Nordisk ?

 

Nous avons une politique des prix qui est adaptée à l’économie des pays, mais adaptée également au volume du chiffre d’affaires qu’on peut faire. Dans certains pays occidentaux, le prix pourra être baissé dans certains cas par rapport au nombre des patients. Mais, je vous le dis tout de suite, en Tunisie, nous appliquons une politique de prix extrêmement favorable par rapport à la politique globale de Novordisk dans le monde. Si vous regardez les prix de Novordisk en Tunisie par rapport à d’autres filiales, on est dans les prix les plus bas pratiqués sur les molécules.

 

              Propos recueillis par Hmida Ben Romdhane