Strict Standards: Declaration of JRouterJoomsef::parse() should be compatible with JRouter::parse(&$uri) in /home/mkgyet/www/vitasante/components/com_sef/sef.router.php on line 73

Strict Standards: Declaration of JRouterJoomsef::build() should be compatible with JRouter::build($url) in /home/mkgyet/www/vitasante/components/com_sef/sef.router.php on line 73

Strict Standards: Non-static method SEFConfig::getConfig() should not be called statically, assuming $this from incompatible context in /home/mkgyet/www/vitasante/plugins/system/joomsef/joomsef.php on line 40
Le co-pilote a connu un « épisode dépressif sévère »
dernière mise à jour : 20 04 2017 11:35


Strict Standards: Only variables should be assigned by reference in /home/mkgyet/www/vitasante/components/com_news/views/detailnews2/tmpl/default.php on line 11



German wings

Crash de l'avion allemand dans les Alpes françaises

Le co-pilote a connu un « épisode dépressif sévère »

vitasante - Actualité
Andreas Lubitz, le co-pilote qui a détruit volontairement l'avion de German wings avec 150 personnes à bord


L’affaire de l’avion de ‘German wings’ (filiale de la Lufthansa) détruit volontairement par le co-pilote Andreas Lubitz continue de faire la «Une » de la presse mondiale. Ainsi, après que le PDG de la Lufthansa, Cartsten Spohr, ait nié que la compagnie soit au courant de la maladie mentale du co-pilote, la compagnie aérienne allemande a révélé, mardi  31 mars, qu’elle avait été effectivement informée par Andreas Lubitz que ce dernier avait connu un « épisode dépressif sévère » en 2009. La Lufthansa dit avoir transmis au parquet de Düsseldorf (en charge de l’enquête allemande sur les causes du crash du 24 mars dans les Alpes françaises), des « documents supplémentaire » confirmant qu’Andreas Lubitz, le copilote de l’avion, avait informé en 2009 l’école de pilotage de l’entreprise, qu’il avait connu un « épisode dépressif sévère ».

En effet, il est maintenant établi que le co-pilote de 28 ans, alors qu’il était en formation au métier de pilote, a pris en 2009 plusieurs mois de congé pour soigner « une sévère dépression ».

Selon la loi européenne, les pilotes qui souffrent de dépression ne peuvent pas être aux commandes d’un avion. Il en est de même des pilotes qui aient tenté ne serait-ce qu’un seul acte de suicide.  

En France, pays où le crash a eu lieu,  le président de la République François Hollande a exhorté les spécialistes de médecine légale de redoubler d’efforts en vue de permettre l’identification rapide des 150 victimes. De son côté, le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve a confirmé que d’ici quelques jours, il serait possible d’identifier toutes les victimes grâce aux prélèvements ADN faits et grâce au travail scientifique exceptionnel des médecins légistes.

Sur un autre plan, et pour faire face aux probables demandes de dommages et intérêts de la part des familles, le consortium d’assureurs conduit par le géant allemand Allianz a mis de côté 300 millions de dollars, a indiqué une porte-parole de Lufthansa. Même s’il était prouvé qu’Andreas Lubitz avait volontairement provoqué le drame, cela ne changerait rien aux indemnisations auxquelles les proches des victimes ont droit. »

Selon l’AFP, Lufthansa, « par respect pour les victimes », a annulé les célébrations prévues le 15 avril pour le 60eanniversaire de la compagnie. Près du lieu du crash, à Seyne-les-Alpes, le lieutenant-colonel Jean-Marc Ménichini de la gendarmerie française a déclaré qu’il n’y avait « plus de corps sur la zone du crash » et que l’évacuation de ces derniers était donc terminée. Mercredi 1er avril « vingt militaires chasseurs alpins monteront avec les équipes pour récupérer les effets personnels des passagers ».

 

                                              HBR